Automne 2011

Midi rencontre du Laboratoire NT2

https://infodel.files.wordpress.com/2011/12/midilabont2_a11_03.pdf

Mardi 13 décembre à 12h30
UQAM / Pavillon Maisonneuve, local B-2300

Le Laboratoire NT2 présente la conférence Realtime Unreal. Presence in Hybrid Space. Les conférenciers invités sont Thomas Soetens et Kora Van den Bulcke, fondateurs de Workspace Unlimited.

As technologies guide the way we experience and conceive of space, Workspace Unlimited explores Hybrid Space with the unrealized potential of game environments to simulate and reshape architectural spaces. This ongoing research investigates and expands our understanding of the relationship between space and technology, as their simultaneous and reciprocal existences continue to invade both our real and virtual spaces. In this way, Hybrid Space challenges traditional conceptions of space and time, reality and simulation, and perverts the unidirectional implication of the real and the simulacrum.
Entrée libre

En anglais et en français

***

OIC 3 – Formes de la fiction contemporaine : émergentes, réflexives et virales

L’Observatoire de l’imaginaire contemporain vous convie à deux journées d’études, sous la direction de Bertrand Gervais, Samuel Archibald et Antonio Dominguez Leiva

8 et 15 décembre
J-4255

Consultez le programme complet.

Entrée libre!

***

OIC 3 – Formes de la fiction contemporaine : émergentes, réflexives et virales

L’Observatoire de l’imaginaire contemporain vous convie à deux journées d’études, sous la direction de Bertrand Gervais, Samuel Archibald et Antonio Dominguez Leiva

8 et 15 décembre
J-4255

Consultez le programme complet.

Entrée libre!

***

Colloque du CRIST

Vendredi 9 décembre, dès 9h00

Université de Montréal, Pavillon Maximilien-Caron, salle A-2405

Pierre Popovic organise le vendredi 9 décembre 2011 un colloque de sociocritique dans le cadre de son séminaire «Les villes dans la littérature contemporaine (Marseille, Montréal, Paris, New York, Londres)».

Programme complet.

***

Journée d’étude «Perceptions tronquées : amputations, prothèses et membres fantômes»

Lundi, 5 décembre, de 9h00 à 16h30
Pavillon De-Sève, UQAM, salle DS-1950 (320, rue Sainte-Catherine Est)

Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, vous convie à une journée d’étude issue du séminaire «Perceptions tronquées : amputations, prothèses et membres fantômes» et organisée par Shawn Huffman, professeur au Département d’études littéraires de l’UQAM.
https://i1.wp.com/figura.uqam.ca/sites/figura.uqam.ca/files/Figura%20affiche%20HUFFMAN_0.pdf

Entrée libre

Programme

– 9h30 Jérémi Coutu-Perrault « L’amputation et le membre fantôme chez les musiciens : le gain par le manque »
– 10h00 Emmanuelle Caccamo « Amputations mémorielles et prothèses hypermnésiques »
– 10h30 Cassy Bouchard « Leçon d’anatomie ou la (re)construction par la parole du corps mutilé »
– 11h00 Maude Lafleur « Traumatisme, dépression et fragmentation du soi : Les effets de l’excision dans Possessing the Secret of Joy d’Alice Walker »
– 11h30 Jessica Hamel-Akré « Perception, subjectivité et amputation : complétude du corps féminin dans le Journal de Marie Uguay

PAUSE MIDI (DE 12H00 À 13H30)

– 13h30 Christina Floréa « Le retour aux ruines: analyse de Dehors devant la porte »
– 14h00 Vincent Oligny Fillion « Performativités sépulcrales : le mort en jeu »
– 14h30 Joëlle Comte « Animalité, altérité et illustration : modèles de l‛amputation dans le manga Dragonball »
– 15h00 Stéphanie Vallières « Soul Breasts : l‛ablation des seins dans les légendes de Sainte Barbe et de Sainte Agathe »
– 15h30 Francis Gauvin «De l‛aveuglément à la voyance ; lecture comparée des films The Matrix et OEdipus Rex »

***

MIDI RENCONTRE du Labo NT2 – DU SOMATIQUE AU NUMÉRIQUE : APPROCHES DE CRÉATION

par Line NAULT et Alexandre BURTON

Mardi 29 novembre 2011, à 12h30
UQAM, Pavillon Maisonneuve, B-2300 (405, boul. de Maisonneuve Est)
Entrée libre

Alexandre Burton et Line Nault présenteront leurs approches de création par le biais de certains projets, passés ou en cours. Ils font partie du studio de création artificiel.org, dont le mandat cherche à favoriser les pratiques qui s’éloignent des outils issus de l’industrie tout en luttant contre l’esthétisation facile de la surface de l’oeuvre pour plutôt révéler sa structure et en exposer les tensions inhérentes. En appliquant ces principes de façon transversale sur un éventail d’oeuvres et de démarches de création, ils parviennent à révéler une sensibilité propre aux phénomènes objectifs, exempts de médiatisation superficielle.

***

Retour des voyageurs – Conférence-discussion

Lundi, 5 décembre dès 19:00

La Traversée – Atelier québécois de géopoétique a le plaisir de vous inviter à un Retour des voyageurs qui se tiendra le lundi 5 décembre 2011, dès 19h, au restaurant le Pèlerin-Magellan (330, rue Ontario Est, Montréal, 2e étage). La conférence-discussion se déclinera en deux parties. En voici un avant-goût:

Roxanne Lajoie et Christian Paré présenteront d’abord une Visite intime du Maroc et de l’Espagne. Un voyage en famille. Dans un deuxième temps, Rachel Bouvet présentera Sur les traces de Léon l’Africain. Un voyage en solitaire.

Première partie:

«Le temps joue pour nous […]; bientôt nous serons tous grands comme des arbres.» (Anne Hébert, Le temps sauvage).

Nous sommes revenus de ce voyage en famille qui a duré 4 mois avec beaucoup de bleu, d’ocre et de vert olive dans les yeux; conscients tous les quatre d’avoir grandi ensemble.

Deuxième partie:

Une boucle arabo-andalouse déroulant ses étapes en écho à une traversée à la fois vécue et littéraire, celle de Hassan ibn Mohammed Al-Zayyati al-Fasi al-Wazzan, mieux connu sous le nom de Jean-Léon de Médicis, comme le rappelle Amin Maalouf dans son roman historique Léon l’Africain. Ayant fui Grenade après la chute de la ville à la fin du XVe siècle, ce dernier s’était établi à Fès, avant de poursuivre son périple tout autour du bassin méditerranéen.

Pour toute information supplémentaire, veuillez communiquer avec Benoit Bordeleau, coordonnateur de La Traversée, à l’adresse suivante: la_traversee@uqam.ca.

Entrée libre!

***

Conférence-discussion Au Retour des voyageurs: autour du Maroc et de l’Espagne

5 décembre, dès 19h
2e étage du restaurant le Pèlerin-Magellan
330, rue Ontario Est, Montréal

Avec Roxanne Lajoie, Christian Paré et Rachel Bouvet (330, rue Ontario Est, Montréal).

Entrée libre.
Cliquez ici pour plus d’infos : Programme – au retour du voyageur

***

Imaginaire nobiliaire et modèles économiques dans la littérature. Rencontre organisée dans le cadre du chantier « L’économie et ses représentations esthétiques (19e‐21e siècles) »

https://i1.wp.com/figura.uqam.ca/sites/figura.uqam.ca/files/affiche%20finale.pdf

Mercredi, 9 novembre, dès 14:00
Université Concordia
Local LB 619 (Library Building)
1400, boul. de Maisonneuve Ouest

De la fin du 18e siècle à nos jours, le régime économique capitaliste subit de multiples mutations, se complexifie et étend son emprise à l’ensemble du champ social. Que ce soit dans les pratiques, dans les représentations implicites ou dans les discours théoriques, l’économie devient un des principes organisateurs les plus marquants de l’univers moderne et contemporain. Dans ce contexte, il ne paraît guère surprenant que la littérature, dans son versant le plus enclin à l’autonomisation, développe des stratégies de sacralisation allant volontiers de pair avec une résistance plus ou moins farouche à la dynamique d’industrialisation à laquelle l’ensemble du domaine culturel est soumis.

Or ce processus d’autonomisation du littéraire se pense volontiers, surtout dans la seconde moitié du 19e siècle, selon le modèle aristocratique. Comment s’en étonner, dès lors que l’aristocratie, qui a connu en France un traumatisme sans précédent en 1789, se caractérise traditionnellement par des postures de rejet du domaine économique au sens large ? Le fait est que le bouleversement que subit l’imaginaire nobiliaire – la façon dont le paradigme nobiliaire se trouve mobilisé dans le domaine littéraire – est corollaire du développement progressif du capitalisme marchand et industriel. L’imaginaire nobiliaire et le registre de l’économique entretiennent ainsi un rapport dynamique essentiel, fondé tout à la fois sur la définition et l’exclusion mutuelles.

Cette rencontre rassemblera des spécialistes de la littérature française qui se pencheront sur les modalités en vertu desquelles l’imaginaire nobiliaire se constitue en fonction d’un rapport particulier au domaine de l’économie, et qui interrogeront l’impact de cette interaction sur la littérature et sa constitution en tant que discours spécifique. L’on se demandera ce que le paradigme économique fait à l’imaginaire nobiliaire, et ce que l’imaginaire nobiliaire fait à et de l’économique. Concrètement, il s’agira de présenter informellement et de soumettre à la discussion, à partir de quelques textes choisis, un certain nombre d’hypothèses concernant cette interaction, dans le domaine de la littérature française moderne et de son contexte socio-historique particulier.

Pour de plus amples renseignements.

***

Conférence-causerie du CÉLAT – Traces culturelles inuites dans la musique contemporaine canadienne : histoire et esthétique

présenté par CLAUDINE CARON, chercheure postdoctorante au Laboratoire international d’étude multidisciplinaire comparée des représentations du Nord à l’UQAM

En collaboration avec le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises

Le vendredi 25 novembre 2011, 12h30-14h

Local DC-2300, 279, rue Ste-Catherine est, 2e étage

Dans la musique moderne/contemporaine canadienne, les emprunts à la culture traditionnelle inuite se présentent sous de multiples formes: mélodie, rythme, échelle, enchaînement harmonique, technique vocale et instrumentale, dynamique, timbre, texture, caractère, citation littéraire, symbolique, environnement sonore. Ils ponctuent la création musicale en s’inscrivant au centre de préoccupations esthétiques, identitaires et philosophiques. En quoi les compositeurs de musique de tradition classique se tournent-ils vers la culture inuite et quels en sont les signes dans leurs œuvres ? Dans cette conférence, Claudine Caron proposera une histoire des emprunts à la culture traditionnelle inuite et l’exploration d’un répertoire contemporain protéiforme.

Information : CELAT : therrien.denyse@uqam.ca (514) 987-3000, poste 1664 ou
CRILCQ : bizzoni.lise@uqam.ca (514) 987-3000, poste 2237

Entrée libre.

***

Le Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec témoin ou acteur de l’essor des études littéraires québécoises ?

Organisé par Chantal Savoie (CRILCQ – U. Laval) et Mylène Bédard (CRILCQ – U. Laval) https://i1.wp.com/www.crilcq.org/img/Affichedolq1.jpg

18 novembre 2011

Musée national des beaux-arts du Québec Salon des amis

Programme :

8 h 30 – 9 h 00 Accueil et mot de bienvenue

Salon des amis, Musée national des beaux-arts du Québec, Parc des Champs de bataille

Témoin

9 h 00 – 9 h 20
Rendre au peuple une partie des biens qu’il nous a légués. Aux sources épistémologiques du DOLQ – Lucie Robert (UQAM)

9 h 20 – 9 h 40
Construire une référence : le 19e siècle libéral radical et nationalisme dans le DOLQ – Jonathan Livernois (Université d’Ottawa)

9 h 40 – 10 h 00
Le DOLQ et la fortune littéraire des œuvres poétiques des femmes entre 1924 et 1934 – Émilie Théorêt (Université Laval)

10 h 00 – 10 h 20 Discussion

10 h 20 – 10 h 40 Pause

10 h 40 – 11 h00
La contribution du DOLQ à la légitimation d’un genre littéraire pratiquement invisible : l’essai et la prose d’idée au Québec pendant plus de deux siècles, 1778-1990 – Kenneth Landry (chercheur autonome)

11 h 00 – 11 h 20
Le salon des refusés du DOLQ – Yves Laberge (Université Laval)

11 h 20 – 11 h 40
Le DOLQ : un point de passage obligé dans la définition de la littérature québécoise – Luc Breton (Université Laval)

11 h 40 – 12 h 00 Discussion

12 h 00 – 13 h 30 Repas (Restaurant du musée)

Acteur

13 h 30 – 13 h 50
Mutations de l’auctorat au sein du DOLQ. Étude prosopographique d’une population de chercheurs – Martin Doré (Université de Sherbrooke)

13 h 50 – 14 h 10
L’histoire littéraire (en) revue : Liberté, Parti pris et les limites de l’œuvre – Michel Lacroix (UQAM)

14 h 10 – 14 h 30
Une histoire inventée ? Le DOLQ et le regard métahistorique de Five-part Inventions d’E.D. Blodgett – Patricia Godbout (Université de Sherbrooke)
14 h 30 – 14 h 50 Discussion

14 h 50 – 15 h 10 Pause

15 h 10 – 15 h 30
D’un dictionnaire à l’autre : penser l’histoire littéraire et l’histoire du livre au Québec – Marie-Pier Luneau et Josée Vincent (Université de Sherbrooke)

15 h 20 – 15 h 40
Le DOLQ plus près de l’histoire culturelle que de l’histoire intellectuelle ? – Yvan Lamonde (Université Mc Gill)

15 h 40 – 16 h 00 Discussion

Table ronde

16h – 16 h 45
Le DOLQ vu par ses utilisateurs
Table ronde réunissant Manon Brunet (UQTR), Karine Cellard (Cégep de l’Outaouais), Alain Gendron (Bibliothèque des Sciences humaines et sociales, Université Laval) et Vincent Lambert (Université Laval), animée par Hervé Guay (UQTR et membre de l’équipe du DOLQ tome IX).

Pour plus d’informations

***

Colloque « Politiques de Victor-Lévy Beaulieu »

https://i0.wp.com/www.crilcq.org/img/colloques/ColloqueVLB.jpg

18 novembre 2011
Local DR-200, UQAM

Programme

Première séance
Présidence : Michel Nareau

9 h 00 Alexis LUSSIER
« Un rêve québécois : Politique du mystère au pays interdit du massacre »

9 h 30 Frédéric RONDEAU
« “Une plus grande fatigue encore” : VLB et la contre-culture »

10 h 00 Johanne PELLAND
« La conquête du pouvoir symbolique »

Deuxième séance
Présidence : Karine Rosso

11 h 00 Sébastien PARENT-DURAND
« La grande tribu : histoire et politique »

11 h 30 Stéphane INKELS
« Figures de l’origine et lieux du fantasme dans BIBI »

12 h 00 Isaac BAZIÉ
« La représentation de l’Afrique dans BIBI et la problématique postcoloniale »

12 h 30 Dîner

Troisième séance
Présidence : Pierre Laurendeau

14 h 00 Patrick LEROUX
« Les charges des origines impitoyables : croisement du personnel et du politique dans le théâtre de VLB »

14 h 30 François OUELLET
« Roman, Père et Pays : féérie pour une autre fois »

15 h 00 Guillaume LAFLEUR
« L’empire du refus : entre Victor-Lévy Beaulieu et le cinéma »

15 h 30 Jacques PELLETIER
« L’antiterre : fin d’un cycle, fin d’un monde ? »

16 h 00 Pause

Table ronde
Présidence : Jacques Pelletier

16 h 15 Avec la participation d’Andrée Ferretti, auteur et militante, Amir Khadir, porte-parole et député de Québec solidaire, Robert Laplante, chercheur et directeur de la revue l’Action nationale.

Pour plus de détails.

***

https://i0.wp.com/figura.uqam.ca/sites/figura.uqam.ca/files/Figura%20affiche%20conf%20bellon.pdf

Conférence de Guillaume Bellon : «Éric Chevillard, Olivier Hervy et Jean-Louis Bailly : vilains blogueurs ? Trois expériences contemporaines de littérature numérique»

Jeudi 3 novembre,18h00

Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, vous invite à une conférence donnée par Guillaume Bellon, intitulée «Éric Chevillard, Olivier Hervy et Jean-Louis Bailly : vilains blogueurs ? Trois expériences contemporaines de littérature numérique». La conférence aura lieu au Café des arts de l’UQAM.

Guillaume Bellon est post-doctorant de Figura, responsable de la publication pour la revue Recto/Verso, enseignant en littérature et spécialiste de Barthes, Deleuze, Derrida et Foucault.

***

Séminaire mensuel du CRIST – Vieux livres et nouveaux lecteurs

Vendredi 25 novembre 2011, de 13h à 16h
Université de Montréal — 3200, rue Jean-Brillant
Pavillon Maximilien-Caron — Salle A-2411

Conférenciers :

Isabelle ARSENEAU (Université MGill)
Matières et manuscrits dans les mises en prose à la cour de Bourgogne

Francis GINGRAS (Université de Montréal)
Pour une sociocritique de la lecture : les enseignements des recueils de manuscrits de fabliaux

Entrée libre.

***

L’écriture de l’instant – rencontre avec Robert Lalonde

Lundi le 31 octobre, dès 18h
Local J-4255

Dans le cadre du séminaire « Approche du travail créateur » (LIT851C-10), Philippe Archambault, doctorant en études littéraires, rencontre Robert Lalonde.

Bienvenue à tous!

***

Colloque international « Fictions, immersions et univers virtuels »

Lundi 7 novembre et mardi 8 novembre
Université du Québec à Montréal
Pavillon Maisonneuve
405, boul. de Maisonneuve Est
local B-2300

Ce colloque international porte sur la question de l’immersion et sur les liens qu’elle entretient avec l’expérience et la connaissance. L’immersion sera abordée par ses multiples manifestations dans des œuvres et des dispositifs artistiques présents chez les contemporains ou chez leurs précurseurs. Trois types d’immersion seront abordées : l’immersion en situation réelle, qui rend compte de notre expérience du monde et de notre capacité à y être engagé; l’immersion fictionnelle, à laquelle nous ont habitués les œuvres littéraires et cinématographiques; et l’immersion virtuelle, qui ouvre l’expérience immersive aux dispositifs virtuels et numériques. Pour chacun de ces trois modes, nous explorerons les modalités d’entrée et de sortie, ainsi que les relations entre situations immersive et non immersive.

On cherchera à comprendre ce qui distingue l’immersion en situation réelle de l’immersion fictionnelle ou virtuelle. Peut-on assimiler l’immersion virtuelle à une illusion? Comment se manifeste l’immersion fictionnelle que ce soit à travers les œuvres littéraires ou cinématographiques, les installations, les dispositifs en réseau du cyberespace ou les univers vidéoludiques? Comment s’opère l’entrée en fiction au sein de parcours médiatisés dans des espaces réels? De quelle façon le sujet en situation d’expérience élabore-t-il le processus fictionnel et comment se concrétisent les effets de présence dans les environnements immersifs? Ces questions seront abordées dans le cadre de ce colloque interdisciplinaire, réunissant des théoriciens ainsi que des praticiens des domaines artistique, vidéoludique et muséologique.

Ce colloque est le second d’un cycle d’activités sur les modalités contemporaines de l’immersion. Les premières rencontres ont eu lieu les 27, 28 et 29 avril 2011, à Paris, dans le cadre de la ligne de recherche Fictions & interactions du Centre d’Etude et de Recherche en Arts Plastiques, à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne.

Comité scientifique
Renée Bourassa (Université Laval)
Philippe Dubé (Université Laval)
Bertrand Gervais (UQAM)
Bernard Guelton (Université Paris 1)

Programme complet
Intervenants pour le premier colloque franco-canadien « Immersions » à Paris, les 27 et 28 avril 2011

Entrée libre

***

CONFÉRENCE-CAUSERIE DU CELAT : ANNE ROBINEAU
Chercheure régulière à l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, Moncton

En collaboration avec le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ)

Le vendredi 4 novembre 2011
de 12h30 à 14h

Local DC-2300
279, rue Ste-Catherine est, 2e étage

Les représentations du Nord chez les communautés francophones au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut : art, culture et imaginaire.

Composée à plus de 80% de personnes originaires du Québec et des autres communautés francophones au Canada, la francophonie boréale qui compte sur un réseau institutionnel en plein développement avec ses écoles et ses organismes communautaires. Dans cette conférence, Anne Robineau dressera un portrait des petites communautés francophones du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut en insistant sur la création artistique issue de l’immersion d’artistes francophones dans le contexte plurilingue et multiculturel du Grand Nord.

***

Colloque JEAN GENET. LE QUÉBEC ET L’AMÉRIQUE

Sous la responsabilité de Mathilde Barraband et Hervé Guay

24 et 25 novembre 2011
Trois-Rivières

JEUDI 24 : Soirée Genet
Église anglicane Saint-James
811 rue des Ursulines, Trois-Rivières

VENDREDI 25 : Colloque international
Musée québécois de la culture populaire
200 rue Laviolette, Trois-Rivières

Consultez le programme complet

Conférence-causerie présentée par Pierre Anctil, professeur en histoire à l’Université d’Ottawa


Dans le cadre des activités du CELAT

« Le Congrès juif canadien et la Révolution tranquille, 1969-1990 »

Vendredi, 21 octobre, de 12h30 à 14h, au local DC-2300, 279, rue Ste-Catherine est, 2e étage

La Révolution tranquille, la montée du souverainiste et la promulgation de la Charte de la langue française ont constitué pour les communautés culturelles du Québec à cette époque un tournant capital. C’est le cas notamment de la communauté juive qui occupait une place stratégique à Montréal au plan politique. Au sein de cette population, les négociations en vue d’un positionnement plus adapté au Québec francophone ont été menées par le Congrès juif canadien, région du Québec. Le conférencier expliquera à partir de quelles valeurs et de quelle manière la communauté a cherché à se réconcilier avec le nouveau nationalisme francophone.

***

Le travail de la référentialité : romans à clés et romans de la vie littéraire

3e journée d’études du GREMLIN

Organisation : Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions (GREMLIN)

Responsables : Anthony Glinoer (U. de Sherbrooke), Michel Lacroix (UQAM)

Lieu : Université McGill – Pavillon des arts, salle 160

Date : 28 octobre 2011

Programme :

9h Michel Lacroix (UQAM) – « Introduction de la journée d’études. Écrivains fictifs, imaginaires ou légendaires? »

9h30 Jean-Pierre Esquenazi (Lyon-III) – « Valeurs de la référentialité fictionnelle »

10h15 Pause

10h45 Denis Saint-Amand (Liège) – « De l’homme à l’œuvre (et vice-versa) : microfictions dictionnairiques »

11h30 Anthony Glinoer (CRC-Sherbrooke) et Vincent Laisney (Paris-X) – « Les illusios perdus, ou les romans cénaculaires »

12h15 Dîner

14h Anne Strasser (Nancy-II) – « Les Mandarins, les clés pour se dire »

14h45 Mathilde Barraband (Trois-Rivières) – « Organisations secrètes. La GP dans la littérature française contemporaine »

15h30 Pause

16h Richard Saint-Gelais (Laval) – « Le théâtre sans son double : jouer sans le dire dans Scènes d’enfants de Normand Chaurette »

16h45 Alexandre Gefen (Bordeaux-III) – « Benjamin Jordane, roman : jeux identitaires et aventures métatextuelles dans l’œuvre de Jean-Benoît Puech »

17h30 Fin des travaux

***

Colloque Idées à contempler

Colloque Idées à contempler : les pratiques conceptuelles dans l’art et la littérature

Date: du jeudi, 27 octobre, 09:00, au vendredi, 28 octobre, 17:00

L’art conceptuel, défini entre autres comme un art auto-réflexif et dématérialisé, parce que donnant la primauté aux idées plutôt qu’à leur réalisation, est apparu aux États-Unis au début des années 60. Presque simultanément, en URSS, un courant artistique semblable, aujourd’hui qualifié de conceptualiste, se développait en marge des milieux officiels. Si, de nos jours, on associe plus volontiers l’adjectif « conceptuel » à cette époque révolue et au domaine des arts visuels, il n’en demeure pas moins qu’on parle depuis quelques années dans le monde anglo-saxon, et depuis plus longtemps en Russie, de littérature ou d’écriture conceptuelles. Dans le monde francophone, cependant, ces notions ne sont que rarement employées.

Qu’est-ce qui réunit les différentes pratiques dites « conceptuelles », des arts visuels à la littérature, des années soixante à aujourd’hui et de New York à Moscou? En d’autres mots, qu’est-ce que le « conceptuel »? C’est là l’une des questions auxquelles ce colloque, consacré à l’exploration de la mouvance conceptuelle dans l’art et la littérature (ses caractéristiques, ses origines, ses frontières), cherchera à répondre.

Colloque présenté et organisé par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire et ERIC LINT, Équipe de recherche sur l’Imaginaire contemporain.

Le colloque aura lieu au Laboratoire NT2.

Cliquez ici pour consulter le programme du colloque.

***

Conférence : Notre avenir virtuel. Pour un humanisme numérique

Librairie Paulines
2653 rue Masson
Montréal, Qc

mardi 25 octobre · 19:00 – 22:00

Avec Milad Doueihi, Titulaire de la Chaire de recherche sur les cultures numériques à l’Université Laval. Auteur de La grande conversion numérique – Rêveries d’un promeneur numérique, collection Points essais, Seuil, 2011, et de Pour un humanisme numérique, collection Librairie du XXIe siècle, Seuil, 2011

Comment penser l’avenir de nos sociétés numériques avec les outils de nos traditions humanistes? Quel regard porter sur les pratiques émergentes pour comprendre la dynamique entre les contraintes technologiques et les usages sociaux et politiques du numérique?

Le numérique modifie radicalement nos vies, le lien social même, mobilisant nos repères les plus tangibles : écriture et lecture, identité, présence, propriété, archive et mémoire. Avec ses faiblesses, ses aveuglements, ses richesses et ses promesses, le numérique est une culture pour tous. Quels avenirs peut-il induire?

Animation: Marie-Andrée Lamontagne

Contribution suggérée : 5 $

En collaboration avec les Éditions du Seuil.

Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST) – Séminaire mensuel : Jazz et société

Vendredi 28 octobre 2011 de 13h à 16h
Université de Montréal — 3200, rue Jean-Brillant
Pavillon Maximilien-Caron — Salle A-2411

Conférenciers :

Philippe LATOUR (Musicologie, Université MGill)
Colère et jazz chez Charles Mingus

Yan HAMEL (Téluq)
Jean-Paul Sartre jazzographe

Entrée libre!

Pour toute information sur les activités du CRIST : www.sociocritique-crist.org

***

COLLOQUE ANNUEL DU GERSE: «MOBILISATION ET MÉDIATION DE L’OBJET TECHNIQUE DANS LA PRODUCTION DE SOI»

22 et 23 octobre 2011
Pavillon Judith-Jasmin
Salle des boiseries (J-2805), UQAM
405, rue Sainte-Catherine Est
Montréal

Le Gerse (Groupe d’études et de recherches en sémiotique des espaces) vous invite à leur colloque annuel: «Mobilisation et médiation de l’objet technique dans la production de soi».

Pour plus d’informations, consultez le programme complet

***

Conférence de Samuel Archibald – Métafiction réactionnaire et réalisme subversif

17 octobre 2011 – 5:00pm – 7:00pm
troisième étage de l’Amère à boire
2049 Rue Saint-Denis
Montréal

Pour la première conférence de la série 2011-12, le Salon reçoit Samuel Archibald, professeur au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal, qui présentera sa vision de la métafiction et du réalisme dans la littérature contemporaine. Bières, chaleur et discussions littéraires vous attendent!

***

Rappel : L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mystification

Gratuit et ouvert au public. Pour consulter le programme complet, cliquez ICI.


***

Midi Rencontre du Labo NT2

Midi Rencontre au NT2

Prochaine séance du séminaire annuel du CRIST

La prochaine séance du séminaire annuel 2011-2012 aura lieu le vendredi 30 septembre autour du thème «Poésie et circonstances». Pierre Nepveu (Université de Montréal) nous introduira dans «Les lieux intimes du politique» et Olivier Parenteau (Université de Liège) nous fera «Relire Aragon».

Cette séance se tiendra de 13h00 à 16h00 à l’Université de Montréal (Pavillon Maximilien-Caron — Salle A-2411).

Pour toute autre information, veuillez consulter le site du CRIST : www.sociocritique-crist.org.

Les rencontres du CRILCQ : David Homel

Les Rencontres du CRILCQ : David Homel

Appels à contributions

Lancement de l’appel de propositions – 80e Congrès de l’Acfas

Placé sous le thème Parce que j’aime le savoir, le 80e Congrès de l’Association francophone pour le savoir – Acfas se déroulera du 7 au 11 mai 2012 au Palais des congrès de Montréal. Pour souligner cette édition, l’ensemble des universités et des collèges se joignent à l’Acfas pour faire de ce congrès une grande fête de la recherche et un évènement scientifique incontournable de l’année 2012.

Chercheur(e)s et étudiant(e)s des cycles supérieurs, répondez à l’appel de propositions en proposant une communication libre, un colloque scientifique ou une activité Enjeux de la recherche.

Les colloques scientifiques
Date limite de dépôt
Mardi 1er novembre 2011, à 23 h 59

Les activités Enjeux de la recherche
Date limite de dépôt
Mardi 1er novembre 2011, à 23 h 59

Les communications libres
Date limite de dépôt
Mardi 29 novembre 2011, à 23 h 59

Appel de communication (Colloque étudiant) – Penser le récit contemporain. Du déficit d’un modèle à l’exploration de nouvelles stratégies narratives

Date limite pour le dépôt des propositions de communication: vendredi 28 octobre, 2011

Penser le récit contemporain. Du déficit d’un modèle à l’exploration de nouvelles stratégies narratives

Colloque étudiant (2e et 3e cycles, postdoctorants), Québec, 3 février 2012

La critique littéraire atteste d’un « retour au récit » pour signifier le retour, à partir des années 1980, à une certaine lisibilité que les expérimentations radicales de la génération précédente avaient malmenée. Elle avoue toutefois du même souffle que ce retour s’accompagne de modulations qui façonnent le récit de manière inusitée et qui donnent à lire des œuvres souvent étonnantes. Parmi ces œuvres jugées étonnantes, on compte celles qui ne se contentent pas ou plus de raconter une histoire sous la forme d’un enchaînement logique d’événements avec un début, un milieu et une fin. Si l’action des personnages a longtemps dominé l’espace du récit, elle semble aujourd’hui laisser sa place à d’autres objets de préoccupation qui affectent le geste de mise en récit. Participant du projet de recherche sur la théorie du récit piloté par René Audet (Université Laval) et Nicolas Xanthos (Université du Québec à Chicoutimi), ce colloque sera ainsi l’occasion d’interroger ces autres formes d’organisation du récit qui renouvellent la prose narrative des trois dernières décennies.

L’initiative du projet de recherche comme du colloque découle d’une récurrence observée dans le discours critique, celle d’un malaise à décrire autrement les œuvres contemporaines qu’à l’aune d’un manque d’action ou d’un éclatement de l’histoire qui vient remettre en question l’idée de récit :

« Comme dans tous les romans de l’écrivain, il n’y a pas vraiment d’histoire, pas de narration du moins. Le livre repose sur des descriptions, des réflexions, des comparaisons » (Rémi Mathis, à propos d’Oreille rouge Éric Chevillard).

« Jean-Philippe Toussaint […] a écrit quelque chose qui n’est ni une chronique ni un roman, mais une histoire picaresque version compact, un bric-à-brac d’émotions et de détails saugrenus, une sorte de miracle qui tient sur le ton et non pas sur l’histoire » (Michel Nuridsany, à propos de La salle de bain).

« Le récit ne raconte rien, s’échafaudant à même la banalité des faits retenus, au gré des perceptions d’un sujet qui en accentue le caractère dérisoire ou inessentiel. […] Comment raconter le rien ou que reste-t-il de la narration lorsque la trame événementielle disparaît ? » (Frances Fortier, à propos d’une mouvance de la littérature québécoise contemporaine)

En notant l’évacuation de certaines notions cadre dans des œuvres qu’elle continue pourtant de considérer comme narratives, la critique suggère ici l’existence d’autres formes d’organisation du récit. Le développement linéaire, vectoriel et téléologique du « sujet » qui compose traditionnellement l’histoire est remplacé en l’occurrence par une dominante descriptive, émotive ou perceptive qui met en jeu, forcément, des stratégies narratives particulières, à l’aune desquelles se dessine un récit singulier. Si certains s’en tiennent au constat de la disparition – d’une intrigue resserrée, de personnages forts, d’un dénouement éclairant… –, le colloque invite à voir dans les bouleversements opérés sur les repères fondateurs de la théorie du récit les signes d’un déplacement des enjeux narratifs.

Aussi ne s’agira-t-il pas de comptabiliser les pertes par rapport au modèle conventionnel ; l’objectif est bien plutôt de rendre compte des possibilités narratives ouvertes par un récit qui s’élabore sur un autre motif que celui d’un personnage menant une action à son terme. Quelles composantes des œuvres interviennent dans ce renouvellement des usages du récit ? À partir d’études de cas tirés de la prose narrative contemporaine (depuis 1980), on cherchera à répondre à ces deux questions fondamentales : quel objet du texte configure le récit, et comment le configure-t-il ? À cette fin, on pourra porter attention aux éléments suivants :

– la posture narrative ;
– le statut des personnages ;
– l’agencement temporel ;
– la nature et la structure événementielle ;
– la surconscience du texte ;
– etc.

Les propositions, comprenant un résumé de 250 mots et une courte note biographique, sont attendues avant le 28 octobre 2011.

Pour plus de renseignements :
– Viviane Asselin (viviane.asselin.1@ulaval.ca)
– Geneviève Dufour (genevieve.dufour.4@ulaval.ca)
– Sophie Gagnon-Bergeron (sophie.gagnonbergeron@gmail.com)

Colloque international / International Sympsium : [S’]approprier la ville. Le devenir-ensemble, du patrimoine urbain aux paysages culturels / Taking ownership of the city : « Becoming together » from urban heritage to cultural landscap

Appel à communications / Call Papers

Organisé par la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain–ESG
Université du Québec à Montréal

Organized by the Canada Research Chair on Urban Heritage–ESG
Université du Québec à Montréal

Pour lire l’appel complet, consultez le document suivant.

Revue numérique The Bull Calf: Reviews of Fiction, Poetry, and Literary Criticism

La revue numérique The Bull Calf: Reviews of Fiction, Poetry, and Literary Criticism est à la recherche de critiques – professeurs, étudiants au doctorat ou à la maîtrise – pour son prochain numéro.
Édité par des étudiants au doctorat de l’Université McGill, The Bull Calf publie des comptes-rendus critiques écrits par des universitaires qui s’intéressent aux littératures contemporaines du Canada et du Québec.

Pour notre quatrième numéro, qui sera mis en ligne le 1er janvier 2011, nous souhaiterions publier des comptes-rendus critiques sur :

• Le Seul Instant, le dernier roman de Robert Lalonde

• Un Promeneur en Novembre, le dernier recueil de nouvelles de Gilles Archambault

Nous sommes toutefois ouverts à toute autre suggestion.

Si vous aimeriez faire la critique d’un de ces deux ouvrages ou d’un autre livre de fiction, d’un recueil de poèmes ou d’un essai littéraire, n’hésitez pas à nous contacter par courriel à renaud.roussel@thebullcalfreview.ca

Vous trouverez le contenu de nos numéros parus à l’adresse suivante : http://www.thebullcalfreview.ca/

Colloque L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification à l’UQAM les 7 et 8 octobre 2011

Il ne fait plus aucun doute que les attentats du 11 septembre 2001 aient constitué pour plusieurs un moment de rupture important, certains y voyant la naissance même du 21e siècle et du troisième millénaire. Charnière, l’événement ne pouvait peut-être faire autrement que de l’être : les États-Unis, attaqués sur leur sol, là même où le pouvoir est en jeu, par le commerce dans les tours du World Trade Center, et la force militaire au Pentagone. 19 terroristes, formés dans les écoles d’aviation des États-Unis, réussissant à détourner quatre avions et à les transformer en missiles, atteignant des symboles de la force des États-Unis sans que ces derniers aient le temps de répliquer. L’attaque, rythmée par les écrasements des avions et les effondrements des tours, s’est déroulée en 102 minutes, comme un blockbuster, et a été diffusée en direct à la télévision.

L’événement ne serait pas le même sans sa diffusion. Dans les jours et les mois qui ont suivi, les médias ont diffusé de manière répétitive des images fixes et filmées de l’événement, cristallisant la représentation qui serait donnée des événements en une série d’icônes : l’homme qui tombe, les papiers tombant, le nuage de débris, l’explosion de l’avion dans la tour sont autant d’images qui, transformées en tropes, traversent les représentations du 11 septembre, que ce soit en littérature, en arts visuels ou au cinéma. Marianne Hirsch, dans un article de 2003 sur les images iconiques du 11 septembre, demandait : « What elements determine this process of reduction and iconization? And in what ways will this process be in fact determined by aesthetic factors? »

À l’approche du 10e anniversaire des attentats, le moment semble tout indiqué pour relancer cette question afin de voir comment les arts ont répondu à l’événement, l’ont intégré ou n’ont pas réussi à le faire de manière jugée satisfaisante, comme c’est le cas avec le cinéma main Stream qui, après World Trade Center d’Oliver Stone, s’est contenté d’évoquer l’événement de manière plus ou moins lointaine.

Ce colloque, qui fait suite aux colloques Fictions et images du 11 septembre 2001 (UQAM-2007) et Regards croisés sur le 11 septembre (Aix-en-Provence, 2010), propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art. Dix ans après, comment le cinéma, le théâtre, les arts visuels et la littérature négocient-ils avec l’événement? Que les œuvres d’art le fassent sur le mode mineur de l’évocation ou en situant les attentats au centre de l’œuvre, quelles images utilisent-elles? Partant de la prémisse que le 11 septembre marque, dans les faits, la naissance d’un mythe d’origine du 21e siècle, comment s’effectue dans la création même ce passage de la fictionnalisation à la mythification? Quelles figures, quelles représentations sont choisies? Quelles figures sont, au contraire, rejetées, négligées, alors qu’on les croyait centrales après les attentats?

Le colloque, organisé conjointement par ERIC LINT (UQAM) et le LERMA (Aix-en-Provence), aura lieu à l’Université du Québec à Montréal, vendredi 7 octobre et samedi 8 octobre 2011, Salle D-R200, (entrée par le 315, rue Ste-Catherine Est).

Programme complet

Organisation scientifique : Annie Dulong, Bertrand Gervais et Alice van der Klei

Publicités